Destiny's Cats
Hello ! (:

Anonymous Si tu veux répondre, il faudra te connecter ! (:

Invité> Prend bien le temps de regarder le forum, le découvrir et peut-être que si tu le souhaites, tu pourras devenir membre.

Voila voila, nous vous souhaitons de passer une bonne journnée!


Une prophétie arrive...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une Question... Ou plutôt des Questions [PV Shaker]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ikioi & Lointaine
Joyce l'Admine folle de Son Chieur ♥ Et qui adore Sa Sado² ♥
avatar

Féminin

Age : 22
Messages : 134
Date d'inscription : 07/07/2010
Clan : Tribu du Ciel
Rang : Sadique numéro 1 Sado¹ 8D
Apprentie/Mentor : De la patée ? Où ça 8D

Feuille de personnage
Famille:
But du félin:
Affinité:

MessageSujet: Une Question... Ou plutôt des Questions [PV Shaker]   Mer 14 Juil - 15:44

IKIOI
De simple questions par de difficiles réponses...
Brown Eyes

      Une goutte tombe. Elle s'écrase au sol. Elle est si lente qu'on pourrait croire qu'on ai mit la vie au ralentie. Puis, la succède des pas. Ceux ci plus vifs et rapident. Plus lourds et ingénieux. Et enfin, une voix. Non, ce n'est pas celle de n'importe quoi, ou de qui. Ce n'est pas non plus celle d'un être vivant. Mais on va dire, celle d'un mort. Ou d'une âme qui n'a plus rien à perdre...

      Ikioi

      Je courrais. Oui. Ou non. Bon on va plutôt dire que je volais. Sans me venter, j'allais vite. Aussi vite que la foudre. Aussi vite que l'éclair. Ou du moins, il en parraissait. Sauf que tout se figea, et moi même d'ailleurs. Mon coeur qui aurait du s'accélléré, s'arréta. Je regarda longuement le chemin qui était devant moi. Mort. Il était mort. Je connaissais un être qui y était et qui n'en repartirait jamais. Je détourna mon regard. Je ne voulais plus voir ça et pourtant, une envie irrisistible d'avancer me prenait. Je ne savais pas quoi faire. Ecouter mon coeur? Même si j'en avais un que pour vivre. Ou ma tête? Qui n'était plus vraiment très sûr ces temps ci. Pour une fois, j'étais perdue. Oui, ce mot convenait à mereveille. Aucun autre pourrait le remplacer. Quand je prononça ces mots, ou plutôt les pensa, cela me fit retrouver celui que j'avais tant aimé car il était iremplaçable. Même si je trouvais un autre, un autre qui puisse me redonner ce sourire qui était maintenant loin, jamais je ne reverrais les prunelles bleues d'Esprit. Esprit du Vent qui maintenant s'était envolé avec les autres âmes, esprits. Sauf que, j'aurais voulu être à sa place...

      Maintenant c'est un crie qui survient. Celui qu'elle aurait voulut crier il y a tant. Celui qui n'est jamais sortit de sa bouche mais qui est resté comme un lache à l'intérieur. Celui qu'on voudrait oublier mais qu'on ne peut pas car on ne peut pas oublier. D'ailleurs, pourquoi ce mot existe-il?

      Je repris ma route ne sachant jamais où allais-je aller. Car jamais quand je volais, je ne pouvais penser à ça. Trop de pensées étaient dans ma tête et une autre de plus suffirait à toutes les faire envoler. C'est ce que j'aimerais bien pourtant mais quelque chose me dit de les laisser. Ou quelque qui n'est pas encore apparut me dira de les laisser s'évaporer. Et, qu'est ce que j'aimerais tant que cette personne apparaisse. Sauf que, d'un côté, elle n'apparaitra pas d'elle même. Il fallait que je change. Que je change quelque chose en moi. Mais quoi donc?
      Je ferma mes paupières ne sachant pas pourquoi je faisais cette acte. Je savais ce qu'il pouvait m'arriver si je le faisais. Ce qui pourrait arriver. Mais comme l'autre envie irrisistible, je voulais essayer. Ce n'était pas un suicide come vous pouvez le croire, mais un moment d'absence, de suspention ou d'envol. Comme vous préférez. Un instant même je dirais car cela ne dure jamais assez longtemps pour moi. Oui pour moi car je suis très différente de ce que vous pouvez penser. Je ne suis pas cette petite femelle frèle et mignonne a carresser. Ni celle qui est sombre et sans vie. Car au fond, j'ai un coeur. Mais va, allez le trouver...

      Et enfin, voilà la chose qu'on attendait. Ou du moins l'apparence qu'elle donne qu'on aimerait tant voir. Celle qui surgira un jour ou l'autre. Mais quand arrivera telle? Des questions comme cela, nous pouvons en dire pleins. Des masses, des tonnes. Mais auraient elles un jour des réponses? On aimerait que ces dernières soient juste oui ou non. Car quand il y a trop de détailles, on pose encore des questions...

      Maintenant je savais enfin où j'allais. Et bien oui puisque je n'avais pas vu que j'avais monté si dur cette montagne. J'étais à l'Envol du Dragon. Mon envol. On dit que ce sont les âmes tristes qui viennent ici. Pour une fois, ils n'ont peut être pas tords car quand je vais dans un endroit, sa légende existe pour de bon. Sans autres formes que pourrait donner leurs apparences car on sait tous, qu'elles n'en ont pas...

_________________


Merci ma Gamine <3
LGDC le film =O


Dernière édition par † Ikioi † le Jeu 15 Juil - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://help-me-forum.forumactif.com/index.htm
Shaker
~ Somebody has never live in the suffering can't claim to know the real peace ~


Féminin

Age : 22
Messages : 165
Date d'inscription : 17/05/2010
Clan : Tribu du Ciel
Rang : Sado Professionel ♥ Nan I'm the Second !x)
Apprentie/Mentor : Hin ? Des victimes ? Où ça ? 8D

Feuille de personnage
Famille:
But du félin:
Affinité:

MessageSujet: Re: Une Question... Ou plutôt des Questions [PV Shaker]   Jeu 15 Juil - 7:15

SHAKER
Tous ceux et rien d'autre.
Kiss the Rain






      La corole crémeuse, douce couronne d'incertitudes, s'envolait paisiblement, se laissant porter au gré d'un vent chaud, sourd, maigre et alourdissant. Elle entourait le pic de sa fraîcheur muette, cachant aux yeux du monde son envol paresseux, attrapant les nuages faïencés d'un azur resplendissant. Mais moi, je n'étais pas comme ça. Rien de tout ça. Si je devais me comparer à une chose en ces montagnes escarpées, ce serait de la pierre. N'importe laquelle, que ce soit une brillante et solide, ou une fine, terne et effritée. Les pierres recouvrent toute la Terre. La vermine aussi. J'étais de la vermine. Quoi d'autre ? Qui d'autre ? Quelle autre chose aurais-je pu être en ces lieux sermonnés, aussi courroucés que mon être profond, l'être que j'étais réellement, et pas cette chose, cette autre part qui recouvrait ma peur, ma lâcheté. J'étais de la saloperie, le truc qu'on extermine, le truc qu'on rejette inconsciemment. Chaque jour, tous sans exception, chacune de mes heures était noyée sous les préjugés infatigables. Pourquoi mon entourage ressentait sans cesse le besoin de me dire que j'étais étrange et un sale psychopathe, pourquoi ressentaient-ils le besoin de me rappeler qui j'étais ? Et quand je parlais j'avais conscience oui, conscience de deux choses : la première, c'était qu'une être avait brisé ma vie déjà pourrie. La deuxième c'était qu'il avait déchiqueté mon existence à jamais. Alors je vis avec l'image qu'il a faite de moi. Je vis comme il voulait vivre.

      - Ha, ordure. Si t'étais là, je te crèverais !

      Et les mots n'étaient que des voiles de sureté, les larmes, elles, coulaient, et l'assurance que me criaient les phrases s'échappait, se brisait sur la pierre morte, dure et froide. Je n'étais pas ce que j'étais. Mon être n'était pas le mien. Et il ne le serait probablement jamais. C'est difficile à admettre. J'ai le choix. Je l'ai vraiment. Et ce choix, je l'ai fait. Ce choix, il faudrait vraiment plus d'un roman pour parfaitement le décrire. Et encore, ce ne serait pas parfait. C'est trop dur de dire de telles choses par de simples mots. Je préfère juste garder ça au plus profond de moi. Un jour, pourrais-je expliciter clairement ma pensée, mon passé ? Je ne suis pas vraiment "moi". Ma pensée se ronge elle-même par ses paroles, à "lui". C'est trop dur, trop dur ! Comprenez-vous quelques mots de mon étrange réflexion ? C'est toujours comme ça dans ma tête. Chamboulé. C'est constamment l'incompréhension totale. Les pas et les phrases que je fais, elles ne sont pas vraiment faites par moi. En gros, c'est ça. Est-ce-que ça vous éclaire ? Bah, pas vraiment je pense. Le sentier qui s'offre à moi est tout aussi escarpé que les précédents. Et il y a encore et toujours plusieurs chemins pour parvenir jusqu'au sommet de son but. Et comme toujours, je ne sais pas lequel choisir. Qui sait ? Si je prends celui de droite, peut être y aura-t-il un éboulement ? Non, non, je ne dois pas mourir. Mon existence et peut être la pire erreur de la nature, mais je dois vivre pour "lui", pour conserver ses choix, pour qu'il puisse découvrir par le biais de mes propres découvertes ce qu'il ne verra plus jamais de ses propres yeux. Mais peut être que le chemin gauche offre la même chose ? On ne peut pas deviner. Et le Destin est rieur. Juste ça. Alors tant pis. J'irais au milieu. Et même si c'est plus dur, même si je n'y arriverais peut être pas, alors je me garderais en vie, je "le" garderais en vie. Et j'avançais. Comme chaque matin où j'avance sur les mêmes pas que quelques ancêtres. Chaque matin où j'avance là où sont avancés les âmes tristes, désespérées. L'Envol du Dragon. On dit que tant de félins ont mis fin à leur misérable vie ici. On dit beaucoup de choses. Ma vie aussi est misérable. Mais je la garde. C'est un cadeau que nous fait le destin, même si j'ai hâte de mourir, même si beaucoup d'autres disent leur vie inutile. Je trouve cet acte pitoyable. Le suicide. C'est quelque chose qui s'offre aux faibles. Je suis faible. Mais je veux vivre. Il n'y a pas de raison que les nuls meurent et que les forts restent. On peut tous se battre, on a toujours le choix, je le sais. Mon choix, je l'ai déjà fait. C'est celui de continuer d'exister. Et je me bats. Et je déchiquette ceux qui me veulent outrance. Je les tue, je les torture, je les vide de leur sang, et ça me plait, parce que c'est comme ça qu'il était. Parce que ça lui plaisait.

      Sans vraiment le savoir, sans vraiment regarder, avec un voile impassible sur les yeux, j'avançais, je plaçais une patte devant l'autre, avec l'allure macabre qui me valait le mépris des critiqueurs, de ceux qui jugent sans connaître ni savoir. Le sol était fait de pierres, de fines lamelles de roche taillées en épis, celles qui s'effritent lorsqu'on les projette sur le sol, celles qui se brisent en mille morceaux, comme une vie que l'on souhaite supprimer. J'entendais leurs crissement sous mes pas sans vraiment les entendre, l'esprit perdu dans le vague horizon blanc que créait la longue corole de crème. Comme chaque jour, j'allais au moins une fois observer la terre de haut, de l'Envol du Dragon. Mais cette fois, il y avait déjà quelqu'un, une forme indistincte, elle aussi perdue dans l'immensité du Destin moqueur. Et je fus frustré, vexé de ne pas être arrivé plutôt, embêté de ne pas pouvoir observer l'horizon seul, tranquillement, en pensant à mon passé farfelu et à ma piteuse existence. Cette forme, je la connaissais. C'était Ikioi. Elle aussi était à part. Mais elle ne recevait pas les jugements des autres à tout bout de champ moi oui. J'étais Lieutenant. Ils n'avaient pas confiance en moi. Même lorsque je montais sur la Pierre d'Appel pour énoncer quelque chose, je sentais leurs nombreux regards peser sur moi comme la montagne pèse sur le sol tassé. Mon regard se perdit vite dans le vague. Le seul bruit était celui de la brise soufflant entre les crevasses, bruit d'ailleurs lugubre, jetant une ambiance désolée sur l'endroit de plénitude des âmes blessées.

      - Je voudrais être aussi libre que le Vent.

      Je ne sais pas vraiment si elle m'avait entendu. J'avais murmuré. Mais ma voix restait grave et sans émotion. Je ne connaissais rien d'elle, tout comme elle ne connaissait rien de moi. C'était toujours préférable. Personne ne savait vraiment qui j'étais. Akumu non plus. Mais il était mon ami, et ça suffisait. Je parlai à nouveau, mais assez fort cette fois pour qu'elle puisse m'entendre.

      - Qui est vraiment le Destin pour qu'il soit si rieur de nos âmes ?





_________________
Just Shaker
~ A Soul Which can't fly ~




Tu crois égaler cette Admine en fénéantise ? Clic

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikioi & Lointaine
Joyce l'Admine folle de Son Chieur ♥ Et qui adore Sa Sado² ♥
avatar

Féminin

Age : 22
Messages : 134
Date d'inscription : 07/07/2010
Clan : Tribu du Ciel
Rang : Sadique numéro 1 Sado¹ 8D
Apprentie/Mentor : De la patée ? Où ça 8D

Feuille de personnage
Famille:
But du félin:
Affinité:

MessageSujet: Re: Une Question... Ou plutôt des Questions [PV Shaker]   Jeu 15 Juil - 12:04

IKIOI
D'autres choses il y en a tellement...
United States of Eurasia

      Une ombre se précipita. Des rugisments tels que des Dragons pouvaient survenir d'un endroit et d'un instant à l'autre. Même si cela ne se passait que dans ma tête, je pouvais les entendre. Il était bien là pour moi. Tous ceux, . Peut être que d'autres me prennent pour une folle ou encore pour une sorcière. Ce mot me hante tout le temps. Nuit et jour il est dans mes pensées bien sombres et sinistres. Comme une douce musique s'en allant et revenant. Comme la mer ramenant des dechets sur le sable doux et chaud bercé par les vagues. Des vagues de tristesse. Pourquoi avons tous un point sensible? J'aimerais tant ne pas en avoir. Même si je sais que cela est impossible dans cette misérable vie. Mais il faut voir les côtés positifs de cette dernière aussi. On peut avoir des personnes qui nous aiment tel que l'on est. D'autre qui s'en ficheraient. Mais ça, ce n'est pas la vie qu'il critiquer et c'est encore bien autre chose. Avec des 'autres' on pourrait faire un roman et pourtant ce n'est pas ce que je veux faire. Là, je veux juste me sentir Libre. Libre de faire ce que je veux, ce que je souhaite, ce que je rêve depuis toujours. Sauf que pour une femelle en 'détresse' comme moi ça m'est impossible. La seul chose que je voudrais le plus au monde c'est lui qui est parti bien trop tôt...

      - "Je voudrais être aussi libre que le Vent."

      Je ne sursauta pas à cet appel car il était déjà bien là avant qu'il arrive. J'étais encore une fois étrange. D'un côté je pouvais penser toutes les choses que je voulais. Toutes celles qui me trotaient dans la tête. Et d'un autre côté je pouvais écouter ce qui se passait en dehors de Moi. La vrai si je puis dire. Celle qui n'est pas vraiment la mienne, car oui je suis ailleurs. Ailleurs dans ce vaste monde rempli d'être chers. Ou pas... Je resta à ma place. Sans me tourner. Sans bouger. Je savais qui était là et qui avait prononcer ces quelques mots. Ou cette phrase car une phrase est faite de mot et un mot de syllabe qui peuvent être imprononçable chez certaine personne. Dont moi. Il y a des mots que je ne connais pas la signification. D'autre qui ne sorte pas de ma bouche ou qui simplement sans volonté de veulent pas apparaître. C'est peut être là mon autre défaut. La Volonté. Je n'en ai pas. Je n'en ai même pas pour continuer cette misérable vie. Je repensa au discours de Shaker. Et bien oui. C'était bien lui. On pouvait le sentir à des kilomètre à la ronde. Nan je ne parle pas de son odeur dans ce cas là. Mais de sa détermination. Je ne peux pas dire grand chose sur lui car je ne connais rien de lui. A part ce que je vois et pourtant je sais que ce n'est pas le vrai Shaker. Dans sa façon de parler. Mais bref, passons, la question n'était pas là. Tout comme lui, je voulais être Libre. Ce mot, cela faisait au moins la deuxième fois qu'il apparaissait car c'était vraiment ce que je voulais...

      - "Qui est vraiment le Destin pour qu'il soit si rieur de nos âmes ?"

      Avec sa voix plus dur et plus forte je compris ce qu'il pensait. Je répondis alors à sa question muette. Mais avant je me racla la gorge bien seche de n'avoir pas encore parler depuis... Depuis bien trop longtemps pour moi. Sans doute une lune. Oui ça doit être choquant mais pas pour moi. Depuis cette dernière lune, je ne repense qu'à ça. Cette chose ou ce passé qui hante mes cauchemart encore plus qu'ils le sont déjà.

      - Le destin ? Tu y crois ? Si tu veux mon avis il n'y en a pas. Ah si peut être mais c'est le même pour tout le monde. La mort.

      Oui car la mort est écrit dans tous les romans que chacun a en soit. Oui car dès qu'on nait, nous sommes fait pour mourir. Dès que nous sortons du corps de notre 'mère' nos jours sont déjà compté. Et nos anniversaire ? C'est la pire chose qu'il existe pour se remémoré combien de temps il nous reste. Donc voilà pourquoi je ne me suis jamais souvenu de ma naissance. La seule chose que je puisse savoir c'est que c'était un jour bien froid et rude...
      Dès que je finis cette phrase je ressentis comme un tique. Quelque chose. Une chose encore. Mais ça de ... Aucun mot pour le définir. Impossible. Tristesse. Non. Sombre. Non. Livide. Non plus. Tous les mots que j'utilisais souvent n'étaient pas à leur place aujourd'hui. Le passé. C'était ce mot que je ne voulais pas penser. Je ne voulais ni le savoir ni me le remémorer. Et de toute façon cela ne m'était impossible. Je ne m'en souvenais plus. Trop dur et trop de souffrance. Des fois je me demande comment je fais pour supporter toute cette haine qui me ronge de plus en plus dans un si petit corps que je puisse être. Un petit satan est né. Une si petite chose qui pouvait bien dévasté d'autre chose. Non, sans la force ar cette petite n'était pas forte physiquement. Mais le mental existe aussi. Mais ça, c'est encore trop dur à expliquer pour une si petite âme sans vie d'interieur...

_________________


Merci ma Gamine <3
LGDC le film =O
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://help-me-forum.forumactif.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Question... Ou plutôt des Questions [PV Shaker]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Question... Ou plutôt des Questions [PV Shaker]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Question à nos historiens
» Question Fimo
» LA QUESTION DE COULEUR DANS L'HISTOIRE D'HAÏTI
» Foire aux questions stratégiques
» °200 questions pour tuer le temps°

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destiny's Cats :: La Tribu du Ciel :: Les Territoires :: L'envol du dragon-
Sauter vers: